Mon avis sur la liseuse numérique : non, le livre numérique, ce n’est pas sale !

1 sept
liseuse numérique Kobo
Moi qui ai toujours croulé sous les livres, j’ai cédé il y a deux mois aux sirènes de la modernité et j’ai craqué pour une liseuse numérique.
Une amie qui travaille dans l’édition m’avait conseillé la Kobo, qui est donc reliée au marchand Fnac.
Voici donc mon verdict, après deux mois d’utilisation intensive.
NON, LA LISEUSE NUMERIQUE, CE N’EST PAS SALE :)
C’est même plutôt pratique.

 

LE CONFORT DE LECTURE

 

Beaucoup de personnes pensent qu’une liseuse numérique ce n’est pas confortable pour la lecture, que c’est similaire à lire sur un écran d’ordinateur, de tablette, ou pire, de téléphone.
Que nenni, ça n’a rien à voir ! Les liseuses utilisent la technologie e-ink  (encre électronique). Personnellement, je ne saurai vous expliquer le fonctionnement de cette technologie, mais c’est très efficace. Je n’ai jamais eu mal aux yeux et j’ai lu de longues heures, aussi bien que sur un livre papier.
Autre avantage, pour les personnes qui ont justement des problèmes aux yeux ou tout simplement qui n’aiment pas « quand c’est écrit petit », il est possible de régler la police, la taille de police et même la justification du texte.
De lire sur la plage en plein soleil (tout comme un vrai livre).
Bref, aucun souci de ce côté là.

 

LA PLACE

 

Inutile de vous dire que ma bibliothèque a des problèmes de saturation. J’ai beau donner des livres, ma consommation est un vrai problème. Avec la liseuse, j’ai déjà lu 10 nouveaux livres en deux mois et ils ne prennent pas du tout de place sur mon étagère.
Pour les vacances, c’est parfait. Inutile de charger la valise d’une PAL qui pèse une tonne. Sur ce point, c’est bueno (expression des 90’s je sais).

 

L’ADDICTION

 

Sur ce point, je suis mitigée… ce qui est bien, c’est que j’ai accès à tout moment à la bibliothèque mondiale, mais à condition d’avoir une bonne connexion internet. Si je me retrouve en manque de livre au fin fond de la Bretagne sans connexion (ce qui m’est arrivé et là c’est la panique), je peux me jeter à la mer. Il faut juste prévoir assez de livres pour tenir sans wi-fi. Mais si on vit dans un endroit connecté, on peut donner libre cours à son addiction, et ça, c’est bon.

 

LES DATAS

 

On ne remplacera jamais les feuilles cornées, le poids du livre, la progression physique de la lecture. Tout est dématérialisé. En revanche vive la technologie : on peut savoir à quel pourcentage on en est de notre livre, et même de notre chapitre, avoir une vision du livre en terme de longueurs de chapitres sous forme de graphique, savoir combien de temps on a lu ce livre (et là, je me suis rendue compte du temps que je consacrais à la lecture : incroyable), combien de page en moyenne par minute, combien de temps en tout, combien de livres lus… Bref, une mine précieuse d’information qui sont bonnes à prendre. Enfin plein de gens s’en foutent et je les comprends – c’est comme courir avec ou sans appli.

 

LE RETROECLAIRAGE

 

Ce petit plus était bien intéressant pour moi cet été, car je savais que j’allais dormir parfois dans la même pièce que mon bébé de 8 mois. Grâce à l’éclairage, j’ai pu lire dans le noir, à la cool sous la couette. Pas mal aussi pour la petite insomnie qui nécessite une petite lecture sans réveiller cet autre qui partage votre lit.

 

LES PRIX

 

Les livres sont légèrement moins chers qu’en librairie… Pour les nouveautés il s’agit de quelques euros. Mais les classiques sont disponibles gratuitement…

 

L’ODEUR

 

Bon, ça ne sent pas le livre, le papier, et ça, ça fait mal.

 

L’ECOLOGIE

 

Mais en même temps adieu à tout ce papier et bonjour les arbres.
Mais bon, il faut utiliser de l’électricité pour faire marcher tout ça. Vaut-il mieux tuer des arbres ou faire marcher le nucléaire ? Je suis perdue…

 

L’HUMAIN

 

Ah, se promener dans une librairie, prendre les livres, lire les quatrièmes de couv’, écouter les conseils d’un bon libraire, se sentir apaisée… Ma passion. Je continuerai à le faire (tant qu’il y aura des libraires et vivent les libraires) et à acheter des livres précieux à ces derniers…
Le plaisir de prêter un livre à quelqu’un, de lui remettre tel un cadeau…Beaucoup plus intéressant que d’envoyer un fichier par mail  !

 

Bref, un bilan plutôt positif pour les addicts à la lecture pour moi, qui ne peuvent pas matériellement empiler tous ces livres et qui ont besoin d’avoir un accès immédiat et rapide pour se faire un shoot de lecture n’importe où, sans oublier ces chers livres papiers, qu’il faut continuer à acquérir aussi !
Je la conseille aussi à ceux qui voyagent beaucoup (prendre le RER tous les jours, c’est voyager) et à toutes celles qui ont un petit sac à main !

Et pour bien choisir votre liseuse vous pouvez comparer sur lesnumeriques.com Bonnes lectures à tous, n’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires ! Et continuons à acheter de beaux livres aussi :)

10 Comment on “Mon avis sur la liseuse numérique : non, le livre numérique, ce n’est pas sale !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>