L’invention de nos vies, de Karine Tuil

29 oct
L'invention de nos vies de Karine Tuil éd. Grasset

L’histoire vite fait :
Sam Tahar a 40 ans, et il a réussi sa vie : il est un brillant avocat New Yorkais, marié à la fille de l’ homme d’affaire juif le plus fortuné et influent de la ville, il a deux beaux enfants parfaits et quelques aventures sensuelles pour soulager ses pulsions. Il porte des Berluti et des costumes sur mesure. Il a déjà fait la couverture du Times.
Seulement, sa réussite repose sur un mensonge grave. Il n’est pas juif, mais musulman. Ses parents ne sont pas morts dans un accident, mais sa mère est bien vivante en France, dans une banlieue difficile où elle élève son deuxième fils. Sam s’appelle en réalité Samir, mais personne ne le sait à part lui…et son couple d’ami, Samuel et Nina, qui ont un peu moins « réussi » que lui, et découvrent cette vie inventée à la télé, de leur petit appartement modeste de banlieue parisienne.
Sam a repris les éléments de la vie de Samuel pour se faire passer pour juif. Samuel décide de se venger, mais il oublie que Samir et Nina ont été éperdument amoureux dans le passé…. Cette rencontre va avoir des conséquences sur les vies de tous.

Vous aimerez ce livre si…
<3  Vous adorez les scandales à la DSK <3  Vous connaissez l’histoire de Claude Roman, et vous avez lu l’Adversaire d’Emmanuel Carrère <3  Vous avez grandi en banlieue, et votre rêve était de vivre à Paris <3 Vous connaissez par coeur les paroles de l’Homme Pressé, de Noir Désir <3  Bien sûr qu’il faut embellir son CV lors d’un entretien d’embauche <3 Vous auriez aimé être quelqu’un d’autre <3 Vous aimez les milieux clinquants <3 Ah ! Le premier amour… <3 Pour vous, il n’y a pas de petit mensonges <3 Vous aimez bien l’ambiance American Psycho de Bret Easton Ellis <3

Ne lisez pas ce livre si…
*** Vous avez besoin de fun, de light, de LOL*** Vous n’aimez pas les romans « sociaux » *** Vous paniquez facilement *** Tout ce qui a trait au mensonge vous dérange profondément *** Vous ne supportez pas les univers plutôt masculins *** Tous ce qui touche à la religion vous file des boutons  *** Vous cherchez un livre « de filles » ***

Si ce livre était à goûter ce serait…
Un whisky de qualité.

Si ce livre était à porter…
Des richelieus Berluti modèle Alessandro.

Si ce livre était à sentir / à toucher…
L’ambiance feutrée d’un bar d’un grand hôtel.

A qui offrir ce livre ?
A votre petit frère qui a beaucoup d’ambition.

Dans quelles circonstances j’ai lu ce livre :
J’ai trébuché sur le premier chapitre, puis plus j’avançais, plus j’étais hypnotisée par le rythme, le ton, les personnages, le drame. Je l’ai terminé en transe.

Mon avis :
Si je devais décerner un prix La Bookista de la rentrée, je pense que je le remettrais à ce livre. Il est aussi nerveux, excitant, déstabilisant que peut l’être un mensonge grave ; il donne des suées froides.
L’écriture a un parfum d’urgence, l’écriture stresse, l’écriture fout la pression, l’écriture est masculine. C’est à la fois un thriller, une histoire d’amour, un roman social, un roman d’apprentissage. Au fond, cela décrit juste jusqu’où on peut aller par pression sociale, et c’est assez inquiétant. Merci Karine Tuil, maintenant je dois faire une « pause de livres » (ce qui arrive quand j’ai lu un roman trop bon, qui m’a foutu une claque).

Le mot de la fin :
« Avec le mensonge on peut aller très loin, mais on n’en revient jamais. »

Si vous l’avez aimé vous aimerez :
Spirales de Tatiana de Rosnay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>