Les bourgeoises de Sylvie Ohayon, ed. Pocket

17 fév
Les Bourgeoises, de Sylvie Ohayon, éd. Pocket

(Ca ne se voit pas mais sur la couv’ c’est une clope, je précise)

L’histoire vite fait
Issue de la cité des 4000 à la Courneuve, la narratrice n’a qu’une obsession : faire partie du monde élitiste des « bourgeoises » parisiennes. Pour cela, elle va travailler dur, jusqu’à la « réussite », et adopter les codes de celles qui sont nées avec une cuillère en or dans la bouche. Elle nous livre une série de portraits des rencontres qu’elle a faites lors de son ascension sociale. Attention, certaines n’en sortiront pas indemnes.

Vous aimerez ce livre si…
<3 Vous avez grandi en banlieue (mauvaise banlieue) et avez toujours rêvé de vivre à Paris <3 Vous aviez trouvé le film Tout ce qui brille gentillet <3 Votre rêve le plus fou : vous payer un sac 2.55 de Chanel <3 Le Bal des Débutantes vous a toujours fait rêvé <3 « Les bourgeois c’est comme les cochons plus ça devient vieux plus ça devient… » (complétez ces paroles de Jacques Brel) <3 Vous adorez Hell de Lolita Pill <3 Observer, ça vous plaît <3 Vous passez des heures à analyser les comportements des autres avec vos copines <3 Quand vous étiez petite, vous adoriez le dessin animé Princesse Sarah (mais si vous aviez dû choisir vous auriez été Lavinia la peste) <3 Un personnage historique ? Marie Antoinette <3

Ne lisez pas ce livre si…
*** Vous n’aimez pas les livres aux univers trop féminins *** La lutte des classes ne vous intéresse pas *** Vous êtes bien née et vous en voulez à vos parents *** Vous n’aimez pas quand il n’y a pas de vraie scénario, avec des méchants *** Vous pensez trouver un livre du genre La femme parfaite est une véritable connasse *** Vous ne vous posez jamais de question sur les gens (d’où ils viennent, quels sont leurs secrets, est-ce qu’ils pleurent en cachette parfois) *** Vous cherchez un roman d’aventure *** Vous rêvez de grands espaces *** Vous haïssez l’univers de la pub ***

Si ce livre était à goûter ce serait…
Du couscous maison.

Si ce livre était à porter…
Un sac Chanel.

Si ce livre était à sentir / à toucher…
La rage qu’on a de réussir quand on part de rien.

A qui offrir ce livre ?
A votre petite soeur qui commence sa vie active.

Dans quelles circonstances j’ai lu ce livre :
J’étais dubitative au début, puis je suis devenue accro. Il y a particulièrement un chapitre qui décrit une certaine bourgeoise (« Celle qui énerve les autres » je crois), qui m’a sciée.

Taux d’addiction :
7/10

Mon avis :
En voyant la couverture et le titre, j’ai cru que ça allait être léger et girly. En fait, ça clashe, ça trashe, et c’est écrit avec les tripes. La narratrice nous raconte son obsession sociale, son désir de réussir, d’appartenir à cette caste qu’elle dissèque, observe et analyse : les bourgeoises. Elles en prennent pour leur grade.
Au début du livre, je ne savais pas si j’aimais, un peu trop cliché parfois, mais au fur et à mesure, la narratrice a pris de l’épaisseur et j’étais happée, pour finir convaincue. Un roman social et psychanalytique qui devrait parler à toutes les banlieusardes qui ont fini à Paris :)

Le mot de la fin :
Corrosif.

Si vous l’avez aimé vous aimerez :
L’invention de nos vies, de Karine Tuil
Standard, de Nina Bouraoui

7 Comment on “Les bourgeoises de Sylvie Ohayon, ed. Pocket

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>